17 points pris en ligue 1 sur 24 possibles, dont des victoires précieuses à Nantes et à domicile contre le rival lyonnais ( notre podcast sur le derby ), l’ASSE est dans  une forme extraordinaire ! Il y a quelques mois, j’écrivais un article : “ Comment les verts coulent-ils”, et c’est tout l’inverse qui est en train de se produire. Comment Puel a sauvé les verts ?

Tout commence le 4 octobre, date où Claude Puel est nommé entraîneur de l’ASSE, avec Xavier Thuilot comme directeur sportif. les deux se connaissent bien et ont déjà travaillé ensemble, ils sont très amis. Lors de sa première conférence de presse, l’ancien de Leicester est clair, et il dit clairement qu’il n’est pas là pour sauver les meubles sur le court terme, mais bien pour construire un vrai projet de jeu, durable, au sein du club. 

Puel lors de sa signature

Il arrive dans un moment très compliqué, où les verts sont bons derniers du classement, et doivent recevoir un OL malade aussi pour le derby. Il fait dès le premier match des choix forts, puisqu’il choisi de titulariser Loïs Diony ( qui n’avait pas joué de la saison) et Charles Abi ( qui n’avait jamais été titulaire en ligue 1 ). 

Mais ces choix se révèlent payants et il se met directement dans la poche tout le public, en gagnant à la 90’. Ensuite, en ligue 1, l’ASSE enchaîne les victoires, n’étant stoppé que par un 2-2 à domicile contre Amiens. Mais derrières cette excellent série se cache un changement profond dans le mode de jeu et dans les habitudes du club. Quel est ce changement ? 

Faute de possibilité de recruter pour faire des vrais changements tactiques, même si il a sorti quelques joueurs de la réserve, Claude Puel a surtout changé son équipe sur le plan psychologique, grâce à plusieurs éléments. 

Premièrement, un changement de coach remet toujours les compteurs à zéro. C’est à dire que le nouvel entraîneur peut mettre des cadres sur le banc, ce que Claude Puel n’a pas hésité à faire, et ce qui avait été un des problèmes de Ghislain Printant, c’est qu’il était trop dans la continuité de son prédécesseur, et c’est peut-être pour cela que ce ne devrait pas être les joueurs qui choisissent l’entraîneur, car ils vont trop souvent prendre la solution qui sera la plus confortable pour eux. Par exemple, on a vu moins de titularisation de Loïc Perrin, le capitaine historique des verts, bien meilleur sous Puel que sous Printant, sans doute car il joue moins et est donc plus frais. 

Conséquence du premier point, les joueurs, qui savent qu’ils peuvent être mis sur le banc, on une bonne pression qui les poussent vers le haut, et ils veulent donc joueur le mieux possible pour conserver ou accéder au précieux statut de titulaire. On peut citer Khazri ou M’Vila, qui sont vraiment poussés à jouer leur meilleur football, car ce sont deux joueurs qui ont vraiment besoin de pression pour mieux jouer, surtout le Tunisien. 

Pendant le période compliquée de verts, un des principaux reproches qui leur était fait était de dire que l’équipe ne pouvait pas réussir si la majorité des joueurs étaient trop vieux pour trouver un meilleur club après l’ASSE. Et, avec ce turn-over, Puel a sans doute trouvé la solution pour remotiver ses joueurs.

Un autre point important est que Puel, comme tous les clubs où il est passé, n’a pas hésité une seule seconde à donner du temps de jeu à des jeunes. Peut-être autant pour voir leur niveau que pour mettre la pression aux cadres, mais finalement, ces jeunes font beaucoup de bien à l’équipe, en soulageant quelques cadres d’un peu de temps de jeu. är exemple, Fofana remplace maintenant de temps en temps Perrin, et c’est bénéfique pour les deux. Wesley Fofana peut apprendre beaucoup de Perrin, qui va lui donner des conseils, et il peut montrer ses qualités sur le terrain. Perrin lui, peut se reposer, car, avec la Ligue Europa, il y a vraiment beaucoup de matchs. Charles Abi lui aussi , est un bon exemple, car même lui n’aurait sans doute jamais imaginé que sa première titularisation en ligue 1 aurait été lors d’un derby, et pourtant, il a bien joué. 

De plus, Puel a bénéficié du retour en forme de certains joueurs. Trauco, pour qui les premiers matchs avait été difficile, a l’air d’être beaucoup plus en forme, et son but important à Nantes va sans doute le mettre en confiance.  

Mais le cas le plus frappant ici serait celui de Denis Bouanga. Lui a vraiment beaucoup bénéficié de l’arrivée de Puel, puisque sur les 6 derniers matchs, il a marqué à 6 reprises, dont un doublé à la Beaujoire, et un autre face à Nice. Il est excellent dans son rôle de piston, et son implication, au travers de sprints nombreux, fait penser à son coéquipier Kévin Monnet-Paquet. Offensivement, il reste lucide et fait souvent le bon choix, et c’est sa capacité à se projeter vers l’avant qui lui a permis de marquer tant de buts.

Boudebouz, lui aussi beaucoup critiqué dans les premiers matchs, trouve sa place comme créateur de jeu. Il commence à trouver des automatismes avec ses coéquipiers, et s’adapte au jeu stéphanois. 

Je ne parlerai pas de Youssouf ici car je compte y consacrer un article prochainement, peut-être en exclusivité abonné email; Si vous ne voulez pas rater cet article et plein d’autres analyses en exclusivité email, abonnez-vous en cliquant ici

Mais il y a encore, logiquement, des lacunes dans le jeu des verts. Depuis le début de leur série, il n’ont jamais gagné un match avec deux buts d’avance, sauf face à Nice, preuve qu’ils n’ont jamais vraiment supérieur à leur adversaire dans chaque aspect du match. Du côté de leur classement, lorsqu’on prend en compte les xGoals, ils chutent à la 16ème place, car ils “surperforment” de 7 points. Evidemment, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes car les xGoals ne sont pas un indicateur parfait. Si vous voulez en apprendre plus sur les xGoals, les expected goals, Wiloo explique très bien ce concept dans une belle vidéo .

Pour conclure, nous pouvons dire que Puel a vraiment fait du très bon travail, dès son arrivée chez les verts, en n’hésitant pas à renverser la hiérarchie en place, ce que que Printant n’avait pas vraiment osé faire. Grâce à ces changements, et à la (re)découverte de plusieurs joueurs, les verts, se situent à la 5ème place du classement. Mais la belles série des verts est à nuancer car il y a encore des problèmes. La suite promet d’être passionnante pour l’ASSE.

BONUS EXCLUSIF ABONNÉS EMAIL : si vous vous abonnez à nos emails avant le Vendredi 13 décembre à 21h00, vous recevrez, en exclusivité abonné email ( c’est gratuit), l’analyse ; Comment les verts peuvent-ils battre le PSG ? Si vous ne vous abonnez pas avant cette date, vous ne retrouverez jamais cet article nul part ailleurs. Cliquez ici pour vous abonner !


Félix Couraud

Créateur de pour le jeu

4 Comments

nico · 7 December 2019 at 22 h 19 min

Super article, merci Félix !
ALV

    nico · 7 December 2019 at 22 h 19 min

    j’ai hâte de recevoir la prochaine analyse par email !

    Félix Couraud · 9 December 2019 at 8 h 56 min

    Merci beaucoup pour ton commentaire Nicolas.

    Félix Couraud · 9 December 2019 at 8 h 56 min

    Avec plaisir

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *